L'Oise Agricole 12 juin 2020 à 16h00 | Par RM

Bruxelles prépare sa politique commerciale post-Covid-19

La Commission européenne, souhaitant tirer les leçons de la crise du Covid-19, a décidé le 27 mai, de lancer une révision profonde de la politique commerciale de l’UE.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © gutner archives

Au regard des vulnérabilités du système commercial mises en lumière par la crise du Covid-19, le commissaire européen au Commerce, Phil Hogan, a indiqué le 28 mai, aux eurodéputés de la commission du Commerce, que la priorité d’ici la fin de l’année est de procéder à une révision de la politique commerciale de l’UE. Cette vision, inscrite dans la nouvelle communication de la Commission présentée le 27 mai, s’appuiera notamment sur un nouveau concept d’«autonomie stratégique ouverte» qui prévoit une ouverture continuelle des marchés pour décourager les restrictions à l’importation et à l’exportation tout en renforçant des chaînes plus courtes afin d’améliorer l’autonomie et l’auto-suffisance de l’UE. «Cela garantira ainsi l’accès à certaines matières premières critiques», précise-t-il. Avant d’ajouter que «pour mener une diversification et un renforcement des chaînes d’approvisionnement efficaces, il est nécessaire aujourd’hui de renforcer les règles internationales et tout notre arsenal pour nous protéger contre les pratiques déloyales».

Une réforme de l’OMC

Sur ce point, les eurodéputés ont notamment appelé la Commission européenne à tout faire pour retrouver des règles du jeu équilibrées et une concurrence loyale. Face aux difficultés inhérentes au respect de certaines clauses inscrites dans les accords commerciaux, Enikó Gyóri s’est interrogée sur les moyens de supervision mis en place par l’exécutif européen concernant les flux de produits dans des secteurs où il pourrait y avoir des signes de distorsion de marché ou de commerce inéquitable. «Le secteur du vin a notamment exprimé des préoccupations significatives», précise-t-elle.

En parallèle de la révision de la politique commerciale, Phil Hogan a indiqué qu’une réforme profonde de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) doit être menée avant la fin de l’année. «Dans un premier temps, nous allons lancer des initiatives de long terme restaurant les règles du multilatéralisme en matière commerciale. Nous avons déjà transmis ce message au Conseil général de l’OMC. L’objectif étant de préserver la coopération internationale et de garder les chaînes d’approvisionnement ouvertes.»

Par ailleurs, le négociateur en chef au Commerce de l’UE a également insisté sur le rôle fort que l’institution genevoise est amenée à jouer : «L’OMC est nécessaire pour lever toutes les entraves au commerce afin d’apporter une réponse globale à cette crise du Covid-19. Aujourd’hui, il est crucial d’insuffler un nouveau dynamisme.»

Soutenir les PME

Dans le cadre de la révision de la politique commerciale, Phil Hogan a également assuré que les PME seront les premières bénéficiaires des accords de libre-échange. «Il faut aider les PME à avoir accès à d’autres marchés afin de multiplier leurs opportunités de développement. Pour lever toutes les entraves dans ce domaine, nous allons nommer un responsable qui veillera à la bonne mise en oeuvre de tous les chapitres, à savoir l’accès au marché, la durabilité, la recherche ou encore l’innovation», explique- t-il. Avant d’ajouter que «d’ici la fin juin, on aura une idée un peu plus claire quant à la personne qui sera désignée». Enfin, Phil Hogan a aussi assuré que la Commission prendra en compte dans ses réflexions pour une nouvelle politique commerciale, les stratégies de la «Ferme à la Table» et «Biodiversité» inscrites dans le Green Deal. Une consultation publique sur la politique commerciale de l’UE sera donc lancée dans les «semaines à venir», avant l’adoption d’une nouvelle communication «vers la fin de l’année», a annoncé Phil Hogan.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui