L'Oise Agricole 31 juillet 2019 à 16h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

La semaine passée a été celle de tous les dangers

Alors que les feux se multipliaient en plaine depuis plusieurs jours, la semaine passée, cumulant, sécheresse, canicule et vent, a atteint le paroxysme avec, en point d’orgue, l’arrêt de la moisson par le préfet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus de 1.500 ha brûlés dans l’Oise la semaine dernière.
Plus de 1.500 ha brûlés dans l’Oise la semaine dernière. - © Dominique Lapeyre-Cavé

Des records de température ont certes été battus, mais ce que nous n’avions jamais imaginé voir s’est produit : de multiples départs de feu dans plusieurs secteurs du département, des chaumes, mais aussi des récoltes sur pieds, des matériels qui brûlent. Déjà, mardi, le décès de François Devillers, agriculteur à Blicourt, victime d’un malaise, apportait une note funeste à ce qui allait devenir un véritable enfer. Le préfet, devant des pompiers mobilisés à 100 %, songeait dès mardi à prendre un arrêté pour stopper les travaux de récolte. Contactés par les services de la préfecture sur ce projet, les responsables professionnels agricoles, Thierry Bourbier pour la FDSEA de l’Oise et Hervé Ancellin pour la Chambre d’agriculture, avaient négocié la poursuite de la moisson moyennant le respect de précautions : outil de déchaumage à proximité et extincteur supplémentaire sur le chantier.


Mais l’aggravation des conditions climatiques a eu raison de ce sursis. Jeudi, avec des températures dépassant les 40°C, les départs de feu se multipliaient : secteur Domeliers, Oursel-Maison, Le Crocq, Ivry-le-Temple, Vaumoise, Savignies... Avec le vent, les flammes se propageaient rapidement et menaçaient des corps de ferme isolés et des villages, créant parfois la panique chez les habitants. En fin d’après-midi, l’arrêté préfectoral était pris, les coopératives fermaient leurs silos, suscitant l’incompréhension, voire la colère, dans des secteurs moins concernés, certains continuant leur moisson en dépit de l’arrêté pris «jusqu’à nouvel ordre».


Heureusement, les quelques orages de la soirée ou de la nuit et la chute des températures dès le vendredi matin faisaient baisser la pression. Régis Desrumaux et les services de la FDSEA se réunissaient pour voir comment accompagner les agriculteurs touchés. En début d’après-midi, le préfet levait son interdiction, moyennant la prise de mesures de précautions : moyens de déchaumage mécanique et réserves d’eau à proximité. Finalement, la pluie la nuit suivante et le samedi éteignait les dernières fumeroles et calmait les esprits échauffés par un épisode qui restera à coup sûr dans la mémoire des agriculteurs.

23 h 45 : bilan du 25 juillet


61 feux d’espaces naturels :
- plus de 1.000 hectares de récoltes, chaumes, bosquets (dont un feu de 637 hectares à cheval sur 3 communes)
- 400 ballots de paille
- 3 moissonneuses batteuses
- 2 engins agricoles
- plusieurs hangars agricoles et cabanons de jardin d’habitations
- 6 sapeurs-pompiers blessés dont 1 brûlé au visage au 2e degré, 1 blessé au genou et 4 coups de chaud.
Au plus fort de la journée :
- 100 véhicules du Sdis engagés
- plus de 300 sapeurs-pompiers mobilisés sur le terrain
- 20 personnes au CTA-Codis
- 2 officiers au COD
- 3 agents du groupement logistique (mécanique, lots hydriques, matériels)
- renforts d’engins isolés des Sdis 27, 80, 95 tout au long de la journée et deux groupes feux de forêt de la zone Est (Sdis 25 et 67) sont attendus pour 2 h.
Actuellement cinq nouveaux feux depuis 23 h :
- Breuil-le-Sec : feu de récoltes, 10 engins du Sdis (habitations menacées)
- La Corne-en-Vexin (fusion de Boissy-le-Bois, Énencourt-le-Sec et Hardivillers-en-Vexin) : feu de récoltes, 17 engins du Sdis (habitations menacées)
- Vaumoise : feu de chaume, 2 engins du Sdis
- Ivry-le-Temple : feu de chaume, 2 engins du Sdis
- Saint-Étienne-Roulaye : feu de chaume, 2 engins du Sdis.
Source : Sdis de l’Oise

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui