L'Oise Agricole 06 avril 2019 à 14h00 | Par Alix Penichou

Graine d'éleveur : quand les jeunes s'emparent de la production laitière

Le 21 mars avait lieu la restitution de Graine d'éleveur, un challenge pour promouvoir la production laitière auprès des jeunes et susciter les vocations en élevage dans les Hauts-de-France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour la première fois cette année, les lauréats se sont vu remettre un trophée, qui sera remis en jeu en 2020.
Pour la première fois cette année, les lauréats se sont vu remettre un trophée, qui sera remis en jeu en 2020. - © Alix Penichou

La production laitière et les métiers qui s'y rapportent n'attirent plus les jeunes ? C'est justement pour casser cette image qu'a été lancée l'opération Graine d'éleveur, il y a tout juste vingt ans, à l'initiative de la Fédération départementale des Maisons familiales et rurales de la Somme et de l'Ocel (Organisme de conseil en élevage de la Somme), en partenariat avec les organisations professionnelles agricoles du département.

Depuis 2016, le challenge s'est élargi à l'ensemble des Hautsde- France. Plus de 2 500 élèves, issus de vingt établissements d'enseignement agricole, participaient à cette 21e édition. La restitution avait lieu ce 21 mars, à l'hippodrome d'Amiens. Le protocole est le suivant : «chaque classe visite un élevage, sélectionné par Avenir conseil élevage et Oxygen conseil élevage, en fonction des thématiques choisies par les jeunes et les enseignants, explique Sébastien Vachaudez, des MFR. De retour dans leur établissement, les jeunes réalisent des travaux pédagogiques avec leurs enseignants, qui débouchent sur une restitution écrite et orale.» Les groupes les plus performants sont sélectionnés par les établissements pour la journée de restitution. «Cette année, comme toujours, le niveau était très bon. Il l'est, car il s'agit de futurs professionnels passionnés par ce qu'ils font», assure Sébastien Vachaudez. Optimisation de la ration alimentaire, rentabilité du robot de traite, suivi génétique du troupeau : voici des exemples de thèmes abordés. Chaque groupe disposait de vingt minutes pour convaincre le jury, composé d'éleveurs, de responsables professionnels et d'enseignants.

Un enrichissement

Ont été les meilleurs à ce jeu : les BTS du lycée Robert Schuman de Chauny (niveau 3), les 1res CGEA de la MFR du Cateau (niveau 4), et les 2des du lycée de Thiérache à Fontaine- les-Vervins (niveau 5). Chacun s'est vu remettre un trophée, qui sera remis en jeu l'année prochaine. Sébastien Vachaudez précise cependant : «Nous avons effectué un classement, mais ce n'est pas le plus important. Ce qu'il faut retenir, c'est l'enrichissement qu'a pu apporter un tel challenge aux jeunes.» Mélanie, élève de seconde, peut en témoigner : «J'ai beau être fille d'éleveurs laitiers, on en apprend toujours en allant visiter d'autres élevages. Cela permet de se faire une idée de la manière dont on voudrait travailler plus tard.» Simon, élève en BTS ACSE, y voit l'occasion de préparer son futur métier : «Le conseil en élevage m'a toujours intéressé. Ce challenge, c'était comme une première mise en pratique.»

Un forum des métiers dans une exploitation

En parallèle de cette journée de restitution, les élèves étaient invités à découvrir les métiers liés à l'élevage laitier chez Bernard Mancaux, installé à Fluy. Bernard Mancaux est un exemple de ténacité. L'éleveur laitier, installé en SCEA à Fluy, en a connu des galères. Mais le passionné a toujours su rebondir. Son histoire a touché bon nombre de jeunes, lors de cette journée de restitution de Graine d'éleveur.

Bernard Mancaux s'est installé en Gaec avec ses parents en 1987. En 2000, son troupeau a dû être abattu suite à la tuberculose. Il rachète alors cinquante vaches pour remonter un troupeau. Celui-ci sera malheureusement confronté à la BVD et la Paratub en 2004. Mais l'éleveur ne lâche rien : en 2006, il réalise une mise aux normes avec la construction du bâtiment de soixante-quinze places, puis, en 2010, y fait une extension avec demande d'autorisation pour cent vaches. Aujourd'hui, son objectif est de produire un lait de qualité. «Sans la qualité, on perd des primes, voire pire, on a des pénalités. Et le lait n'est plus du tout rentable», justifie-t-il. Avec quatre-vingt-six VL, il s'est fixé un objectif de 890 000 litres de lait, avec 38,3 de TB et 31,3 de TP, et moins de 200 000 cellules.

Pour cela, l'hygiène est stricte : «Les mamelles sont désinfectées avec des lavettes individuelles, puis essuyées, un produit post-traite de protection est appliqué, et toutes les vaches restent debout après la traite». La ration est optimisée : 38 kg de maïs ensilage, 1,8 kg de Rumiluz et de tourteau de soja, 1 kg de pulpes sèches et de foin de luzerne, 280 g de bicarbonate, ainsi que 250 g de minéraux. De quoi susciter les vocations chez les élèves.

ACE forme ses conseillers

Des stands, organisés dans l'exploitation, permettaient aussi de découvrir les métiers connexes au monde de l'élevage «qui recrute », avec Gènes diffusion, la laiterie Lactalis, Sabé (alimentation animale) et Avenir conseil élevage. «Chaque année, vers le mois de mai, nous avons recours à un recrutement chez les jeunes motivés qui sortent de BTS. Ils ont la possibilité d'entrer en licence professionnelle, en alternance chez nous, pour devenir conseiller d'élevage. Un métier de plus en plus pointu, car les éleveurs sont exigeants, et c'est bien normal», annonce Isabelle Holvoët, directrice d'ACE.

Les résultats

Niveau 5

- 2e ex aequo : 2de du Paraclet, à Cottenchy (80)

- 2e ex aequo : 2de de l'Institut de Genech (59)

- 1er : 2de du lycée agricole de Thiérache, à Fontaine-les-Vervins (02)

Niveau 4 :

- 3e : CS de la MFR de Songeons (60)

- 2e : MFR de Campagnes-lès-Boulonnais (62)

- 1er : 1re CGE de la MFR du Cateau (59)

Niveau 3 :

- 3e : BTS ACSE de Tilloy-lès-Mofflaines (62)

- 2e : BTS ACSE groupe 1 du lycée Robert Schuman de Chauny (02)

- 2e : BTS ACSE groupe 2 du lycée Robert Schuman de Chauny (02)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui